11 fév. 2018

Message reçu

Éloïse m’a envoyé ce message, comme ça, un jour. Depuis, je le lis dès que j’ai un coup de blues, je le chéris et le savoure. Mon amour.

“Comme une envie de t'écrire.

Tu es là devant moi et j'ai envie de te dire combien je t'aime mais je ne sais pas si je vais trouver les mots. Je te l'ai déjà dit mais : merci d'être resté pendant la tempête de la mort de mon père, merci d'avoir débloqué la situation par la naissance de notre accord, merci de m'avoir encouragée, conseillée, soutenue, consolée pendant ma révolution sexuelle. Je sais qu'elle est en train de se calmer, que j'ai trouvé un équilibre mental, que mes utopies sont tombées, que j'accepte doucement la réalité. Je sais aussi que je vais continuer à rencontrer les derniers hommes que j'ai ramenés sous mon bras en quittant Twitter (il en reste 2 je crois, sans compter le rendez-vous déjà fixé), je ne sais pas si je vais entretenir des relations avec tous ceux déjà rencontrés, je suis comme ça, je suis volage. On verra bien, certains me plaisent beaucoup mais je ne veux pas t'inquiéter en les revoyant. Je ne veux pas que tu penses que je préfères le sexe avec eux, c'est juste différent. J'aime ce que notre couple est devenu, j'aime ce dialogue, cette ouverture, cette confiance.

Tu as su me rassurer finalement, tu as su tenir bon dans ma tourmente émotionnelle, ma jalousie maladive et mon délire paranoïaque. Tu m'as fait confiance, tu savais avant moi que ça serait passager, que je rebondirai comme je rebondis toujours, tout en ressortant grandie de ces échecs ou difficultés. Je ne m'aime pas encore assez pour être capable de me suffire à moi même, mais je m'aime plus qu'avant et c'est grâce à toi. Toi qui m'aimes malgré mes défauts, toi qui m'aimes grâce à mes défauts, toi qui me vois déjà comme celle que je voudrais être alors que j'ai l'impression d'en être tellement éloignée.

Je t'écris ces mots comme ils me viennent, je relis à peine, je n'ai pas de structure, en DM c'est pas facile de se relire et de construire un texte clair quand on a que 3 lignes d'affichées ! Mais mon écriture est comme moi : impulsive, directe et parfois répétitive. Je ne crois pas encore avoir trouvé les mots juste mais je tenais à te dire ceux là : Tu es mon pilier, mon soutien, mon phare dans la nuit, mon oxygène. Tu m'accompagnes vers mon autonomie émotionnelle de façon bienveillante, tu sais calmer mes angoisses, tu veux vieillir avec moi, tu es tout ce que j'ai toujours recherché chez un homme. J'en ai de la chance. Et quand je te regarde dans les yeux, j'ai envie de t'embrasser, et quand tu passes près de moi j'ai envie de t'enlacer. Tu as su entretenir la flamme de notre désir quand je n'y croyais plus, tu as su saisir le train en route quand à mon tour j'ai décidé de remettre notre sexualité sur les rails. Alors, encore une fois : merci d'être là et d'être ce que tu es.

Tu me dis que je te fais évolué et réfléchir en permanence, qu'avec moi tu ne t'ennuieras jamais, mais c'est moi qui te remercie de m'accepter voir même de m'apprécier telle que je suis et de me montrer que je suis “bonne à aimer” (je voulais écrire “aimable” mais le double sens ne me va pas).

JE T'AIMEEEEEEEEEEEE.”